Skip to content

Accueil du site > 7- Manger sain > Les Dangers de L’alimentation > Sugar Land : 60 jours en immersion dans le sucre !

Sugar Land : 60 jours en immersion dans le sucre !

lundi 11 juin 2018, par AMROUCHE

Le sucre est partout !

Toute notre industrie agroalimentaire en est dépendante. Comment cet aliment a pu s’infiltrer au cœur de notre culture et de nos régimes ?

Damon Gameau a décidé de tester les effets d’une alimentation haute en sucre sur un corps en bonne santé, en consommant uniquement de la nourriture considérée comme saine et équilibrée. A travers ce voyage ludique et informatif, il pose des questions sur l’industrie du sucre et s’attaque à son omniprésence dans nos supermarchés.

voici la bande annonce du film !

Le sucre est responsable de la maladie dite du foie gras ou de la malbouffe maladie encore appelée « NASH »

Qu’est ce que la maladie du foie gras ?

C’est en janvier dernier que la majorité des Français a découvert la NASH, une maladie hépatique liée à l’obésité et baptisée maladie du « foie gras » humain ou maladie du soda. Mais qui souffre de cette pathologie et quels en sont les symptômes ?

La maladie du foie gras humain est encore peu connue. En 2015, le commentateur sportif Pierre Menès avait raconté avoir subi une greffe à cause de cette maladie dans un livre intitulé Deuxième mi-temps (Kero).

Cette maladie se développe de plus en plus mais que savons-nous d’elle ?

* La maladie du foie gras humain est une stéatohépatite non alcoolique. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une maladie qui touche les patients dont le foie est trop gras. L’accumulation de graisse dans le foie entraîne une inflammation du tissu hépatique et des lésions cellulaires identiques à celles causées par une cirrhose.

* Quels sont les symptômes ?

Ce qui est redoutable avec cette maladie, c’est qu’elle est silencieuse. Elle ne présente pas de symptômes particuliers et ne fait pas souffrir. La plupart des patients apprennent qu’ils sont atteints de cette maladie par hasard, à la suite d’une prise de sang. Autre souci : elle ne se détecte qu’à un stade avancé.

* Quelles sont les causes de la maladie ?

Les causes sont multiples. Parmi elles on trouve des prédispositions génétiques, un diabète mal contrôlé, une hyperglycémie ou une hypertension artérielle mais aussi le surpoids, l’obésité et la sédentarité. Quand elle n’est pas liée à la consommation d’alcool, cette maladie est due à une addiction au sucre. C’est pour cela qu’on l’appelle aussi maladie du soda.

* Quels traitements ?

Pour vaincre cette maladie, les patients n’ont pas d’autres choix que de perdre du poids, de pratiquer une activité physique régulière et de suivre des régimes alimentaires hypocaloriques. Actuellement, aucun traitement ne peut soigner cette maladie. Des médicaments peuvent être prescrits pour soulager les symptômes mais pas pour guérir.

* Quelles complications ?

Comme toutes les maladies, la maladie du foie gras humain peut se compliquer gravement. Le risque cardiovasculaire est en effet la première cause de mortalité des patients. On peut souffrir aussi de maladie chronique du foie. Si le foie est trop affecté, les patients devront subir une transplantation hépatique. Aux États-Unis, cette pathologie est devenue la première cause de greffe du foie et une cause en progression de cancer du foie.

* Qui est touché ?

Cette maladie toucherait 12 % des Américains et 6 % des Européens. Seul 1 % de la population française serait concernée. Mais cette situation pourrait bien évoluer : avec un tiers d’adultes en surpoids et 15 % qui présentent une obésité, le nombre de patients atteints par cette maladie pourrait en effet significativement augmenter.

* Une maladie qui progresse dans le monde

Selon le Pr Patrick Marcellin, président du congrès « Paris Hepatology Conference », un congrès spécialisé dans les maladies du foie, cette pathologie représente actuellement 10 % des maladies chroniques du foie mais elle pourrait atteindre 25 % dans les années à venir. Il est donc temps de revenir à des modes de vie plus sains.

* Bientôt un traitement efficace ?

Mais en parallèle, la recherche a fait de beaux progrès. Les laboratoires pharmaceutiques américains Gilead et Intercept et de la biotech lilloise Genfit seraient en effet sur le point de commercialiser des médicaments capables de limiter, voire de stopper, l’inflammation et la dégénérescence hépatiques.

* Permettre de diagnostiquer plus tôt la maladie

D’autres chercheurs ont mis au point un algorithme capable de diagnostiquer plus tôt la pathologie. « Ce nouvel algorithme, appelé eLIFT-FMVCTE, identifie avec précision les patients atteints d’une maladie du foie chronique avancée qui doivent consulter un spécialiste », ont expliqué les chercheurs français dans le Journal of Hepatology, en janvier dernier.

* Une aubaine pour les laboratoires ?

Pour les laboratoires, la multiplication du nombre de patients atteints de cette maladie n’est pas une mauvaise nouvelle. Selon le cabinet d’études GlobalData, le volume de ce marché aux États-Unis, en Europe occidentale et au Japon, pour l’année 2016, serait estimé à un peu plus de 22 milliards d’euros. Un chiffre qui serait accompagné d’une croissance annuelle moyenne de 45 %.