Les enjeux de l’industrie agroalimentaire vis à vis de la question environnementale

Etiquettes, logos et label environnemental pour les aliments

Secteur clé dans l’économie française, l’agroalimentaire doit aussi faire face à diverses controverses, quant à son empreinte environnementale, du gaspillage, aux enjeux sur les terres arables, le tout influencé par les évolutions des modes de vie à l’échelle mondiale.

Etiquettes, logos et label environnemental pour les aliments

Il est important de s’intéresser aux étiquettes, logo et allégations environnementales que l’on peut retrouver sur les packagings alimentaires. Il faut savoir qu’il y a des affichages obligatoires ou réglementés à caractère environnemental à mettre en place sur les emballages en France ; par exemple l’étiquette énergie pour l’électroménager, l’étiquette émissions dans l’air intérieur pour les peintures et les vernis ou les symboles de danger chimiques.

Néanmoins un seul concerne l’agroalimentaire, il s’agit des consignes de tri qui est un affichage réglementé dans le cadre de la responsabilité élargie du producteur.

 1-La consigne de Tri obligatoire

Toute entreprise qui met sur le marché français des produits emballés doit contribuer financièrement à un système collectif de gestion de déchets à partir de la taxe dite éco-emballages
De plus, les entreprises ont la responsabilité d’informer les consommateurs sur les bons gestes de tri et de mettre en œuvre des actions d’écoconception des emballages. Ainsi le logo de deux flèches vertes apposées sur les emballages montre que l’entreprise contribue à la taxe « éco emballages » ; le logo montre donc uniquement cette contribution financière , et en tout cas ne veut pas dire que l’emballage est recyclable.

Les entreprises doivent donc aussi apposer les consignes de tri comme vous pouvez le voir avec un étui carton à recycler et le logo « triman » si tout ou une partie de l’emballage est recyclable.
Si les entreprises apposent ces consignes de tri, elles auront une réduction de la participation financière à la taxe écoemballages.

 2- Les logos environnementaux publics

Il existe les logos environnementaux publics ; ils sont soutenus ou gérés par des acteurs publics ; chaque logo environnemental se base sur un référentiel c’est-à-dire un document présentant les critères environnementaux auxquels doivent répondre les produits porteurs du label.

On peut citer pour l’alimentaire les labels « AB » de l’agriculture biologique : le label français ou européennes qui reposent sur des cahiers des charges similaires, ou encore le label « HVE » issus d’une exploitation de haute valeur environnementale. Ces labels garantissent une qualité attachée à un mode de production plus respectueux de l’environnement et du bien-être animal.

Il faut savoir qu’il existe aussi des labels environnementaux pour les produits non alimentaires comme la fleur bleue européenne.

 3- Les logos environnementaux privés

Les logos environnementaux privés à présent sont basés eux aussi sur un référentiel mais qui ne proviennent pas d’un organisme public.

En apposant ce logo sur un produit, le fabricant s’engage à ce que le produit respecte les critères de ce référentiel ; en général ces règles vont au-delà des initiatives publiques comme l’agriculture biologique. C’est par exemple le cas du référentiel agriculture biodynamique « demeter » qui prend en compte les critères de l’agriculture biologique tout en allant plus loin.

cahiers des charges de logos publics et privés
Vous pouvez retrouver dans la figure suivante les éléments principaux des cahiers des charges de logos publics et privés.

 4- Les logos environnementaux privés sans référentiel

Il existe aussi des logos environnementaux privés sans référentiel comme l’exemple de ces logos provenant de marques de la grande distribution.

Sans utilisation d’un logo complémentaires public ou privé avec référentiel comme celui de l’agriculture biologique, ces logos n’ont aucune validité.

 5- Logos non environnementaux

Il y a aussi des logos qui n’ont pas de signification environnementale mais qui peuvent être confondus avec des logos environnementaux

  • Comme par exemple le logo des éco-organismes le point vert qui représente donc l’écoorganisme « ecoemballages » dont on a parlé plus tôt (signifiant que l’entreprise contribue à la taxe écoemballages).
  • Ou le logo eco-folio pour les emballages papier qui montre juste que l’entreprise qui appose ce logo sur ses emballages a contribué aux taxes de ces éco-organismes.
  • Il y a aussi le logo permettant d’identifier les matériaux utilisés dans les packages ; ici sont présentés les logos de l’aluminium, de l’acier ou des plastiques.

 6- Affichage environnemental des produits

Cet affichage se veut être le pendant environnementale du « Nutriscore » : une proposition ministérielle pour cet affichage est montrée ici avec par exemple au milieu une note de A à E selon l’impact environnemental du produit et qui rappellent donc le nutriscore. Cet affichage n’est pas encore réglementée ni obligatoire.

Il faut savoir qu’il y a eu une première expérimentation au début des années 2010 suite au grenelle 2 de l’environnement avec plus de 100 entreprises de pilotes afin de placer l’impact environnemental sur les produits notamment alimentaires.
L’objectif est double pour les consommateurs intégrer le critère environnemental dans leurs choix d’achat et pour les entreprises améliorer leurs produits sains évaluant leur performance environnementale. La méthode qui a été retenu et l’analyse du cycle de vie.

Pour en savoir plus, suivre le lien suivant

Portfolio