Skip to content

Accueil du site > 7- Manger sain > Les Dangers de L’alimentation > Additifs Suspects !

Additifs Suspects !

mercredi 28 décembre 2011, par AMROUCHE

N’hésitez pas à apporter votre contribution si vous le désirez ;)

DES ADDITIFS SUSPECTS

POINTES DU DOIGT, ILS SONT ACCUSÉS D’ÊTRE DANGEREUX POUR LA SANTE
ET D’AUGMENTER LE RISQUE D’ALLERGIES ET DE CANCERS.

LE POINT `
SUR LES ÉTUDES EN COURS ET LES SUBSTANCES OUI POSENT PROBLÈME.

Quel rôle jouent-ils ?

Les additifs se répartissent en un grand nombre de
familles, qui répondent à des usages différents.

  • Les colorants : ont un fort pouvoir d’attraction sur
    le consommateur : curcumine jaune (E100), rouge
    cochenille (E124), caramel (E150)… On les trouve
    dans la confiserie, les fromages, les confitures,
    les boissons…
  • Les conservateurs : agissent contre le développement de bactéries et de moisissures : sulfites
    (E228l dans le vin, nitrites (E250l dans la charcuterie, notamment.
  • Les antioxydants : empêchent l’oxydation des aliments, qui entraîne le rancissement des graisses et la coloration brune des fruits et légumes :vitamine E (E306) dans les huiles et le beurre  , acide
    ascorbique (E300l dans les jus de fruits…
  • Les correcteurs d’acidité : servent à maintenir
    l’acidité d’un produit à un niveau donné, ce qui
    permet également d’empêcher le développement
    de bactéries : acide acétique (E260) dans les bâtonnets de poisson et les pâtes feuilletées à dérouler, acétate de calcium
    (E263l dans certains fromages,…
  • Les émulsifiants : permettent d’obtenir des
    mélanges homogènes : lécithines (E322) dans la
    mayonnaise, le chocolat…
  • Les épaississants : servent à donner plus de
    consistance aux soupes, vinaigrettes. Ex :alginates
    (E401, E402. _ _) fabriqués à partir d’algues, gomme
    de caroube (E410) autorisées en bio…
  • Les gélifiants : entrent dans la composition de
    sauces, produits laitiers, glaces… Ex : pectines (E440) dans les confitures, les carraghénanes ( E407) dans les desserts lactés comme les crèmes desserts…
  • Les humectants : comme le glycérol (E422) dans certaines brioches, servent à empêcher le dessèchement des aliments.
  • Les stabilisants : tels les polyphosphates (E452)
    dans la charcuterie, permettent de conserver une
    bonne tendreté (humidité)aux charcuteries cuites comme le jambon cuit.
  • Les exhausteurs de gout, très employés dans
    les plats préparés, renforcent le gout des aliments.
    Le plus connu est le sel (qui n’est pas un additif mais un ingrédient !), mais l’on trouve également le glutamate (E621) dans les soupes, les
    conserves, les gâteaux apéritifs…
  • Les édulcorants ont le pouvoir de donner un gout
    sucré aux aliments sans apporter de calories. Ils
    sont très utilisés dans les produits allégés, la confiserie, les boissons… Le plus connu est l’aspartame (E951), mais il y a aussi le sorbitol (E420), le mannitol (E421)…

D’où viennent-ils ?

Si la plupart des additifs sont fabriqués chimiquement, d’autres sont d’origine naturelle. C’est le cas de certains colorants (curcuma, rouge de betterave) et de gélifiants d’origine végétale : algues pour les
alginates, l’agar-agar ou les carraghénanes, ou pommes et agrumes, dont on extrait généralement la pectine.

On trouve aussi comme épaississants des amidons modifiés obtenus chimiquement à partir d’amidons de plantes (mais, blés….) et, comme émulsifiant  , de la lécithine de soja.
Attention, les additifs dérivés du mais ou du soja sont susceptibles de
contenir des organismes génétiquement modifiés.

Parmi les additifs d’origine naturelle, certains sont
aussi d’origine minérale (le carbonate de calcium, utilisé comme colorant   et anti-agglomérant ou animale (le rouge cochenille E12O, à ne pas confondre avec le rouge cochenille A E124, d’origine synthétique). Mais l’origine naturelle ne garantit pas qu’il n’y ait aucun effet sur la santé : le rouge cochenille, par exemple, est susceptible de provoquer des allergies.

Quels risques font-ils courir ?

En théorie, on peut consommer ces substances sans risques. En effet, la réglementation européenne prévoit qu’un additif ne peut être utilisé
que s’il « ne pose, selon les preuves scientifiques disponibles, aucun problème de sécurité pour la santé du consommateur aux doses proposées ».
C’est pourquoi les additifs sont évalués par un comité scientifique avant de recevoir une autorisation de mise sur le marché.

  • Les enfants, premiers concernés !

Les enfants ne devraient pas Etre exposés aux mêmes quantités d’additifs que les adultes, car la dose journalière admissible est établie en fonction du poids de l’individu. Ainsi, la réglementation interdit l’utilisation d’additifs dans les aliments destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge. Mais attention aux bonbons, car des études
ont montré que l’ingestion de certains colorants (El02, E104, E1l0, El22, E124 et El29) pourrait augmenter le risque d’hyperactivité infantile. Aussi leur présence s’accompagne-t-elle désormais d’une mise en garde sur l’étiquette des aliments :
« Peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention des enfants

  • Colorants, aspartame et BHA

Plusieurs colorants sont également soupçonnables de favoriser l’apparition d’allergies chez des personnes sensibles, de même que les sulfites présents dans le vin.
En outre, certains additifs seraient susceptibles d’avoir des effets cancérogènes, comme le BHA(E32O), antioxydant   classé comme cancérigène
possible par le Centre international de recherche sur le cancer (CIBC). qui est, de plus, un perturbateur endocrinien.

  • Des nanoparticules au menu

Les additifs sont susceptibles de contenir des nanoparticules, substances de l’ordre de quelques milliardièmes de mètre intégrables dans les aliments pour rendre les produits plus onctueux, empêcher les poudres de s’agglutiner… Le problème, c’est que les études sur les effets possibles sur la santé de ces substances sont peu nombreuses. Ce que
l’on redoute, c’est qu’elles pénètrent dans les cellules et s’accumulent dans certains organes. On soupçonne le dioxyde de silice (E551 l, utilisé dans les produits en poudre ou les bonbons, de contenir parfois des nanosilices. Il en va de même pour le dioxyde de titane (E171 l, que l’on retrouve aussi dans les bonbons, les chewing-gums et les sauces
concentrées. Pour le moment, les fabricants ne sont soumis à aucune obligation de déclaration.

  • Les arômes en ligne de mire

Bien qu’ils ne soient pas classés parmi les additifs et obéissent à une réglementation spécifique, les arômes font partie de ces substances ajoutées en petite quantité dans l’alimentation qui peuvent
avoir des effets sur la santé.

Aujourd’hui, ils sont
plus de 2 000 à être autorisées au niveau européen,
et un programme d’évaluation de leur sécurité est
en cours.

Les arômes de fumée, qui entrent dans la
composition de soupes, de sauces ou de gâteaux
apéritifs, ont été étudiés par un groupe d’experts.
Sur les onze substances concernées, les scientifiques ont estimé qu’il y avait source d’inquiétude
pour huit d’entre elles, car elles ne présentaient
pas de marge de sécurité suffisante par rapport à
leur niveau d’utilisation. En outre, ils ont relevé
que l’exposition à l’un de ces arômes pouvait faire
courir un risque d’altération génétique des cellules.
Pour l’instant, leur avis n’a pas été suivi d’effets.

Additifs suspects

Tableau des additifs suspects
Code Nom Catégorie Aliments Problèmes suspectés
E 104 Jaune de quinoléine Colorant   Bonbons, chewing-gums Ce colorant   pourrait favoriser l’apparition du syndrome d’hyperactivité
chez les enfants. Il est irritant et on le soupçonne d’avoir des effets
cancérigènes et mutagènes.
E 110 Jaune orangé S Colorant   Bonbons. glaces. fromages… Ce colorant   pourrait favoriser l’apparition du syndrome d’hyperactivité
chez les enfants et poser des problèmes d’allergie chez les personnes
intolérantes a l’aspirine. On le soupçonne d’être cancérigène. Usage limité ou interdit dans certains pays.
E 123 Amarante Colorant   Vin, apéritifs, caviar.. Il peut provoquer des risques d’allergie chez les personnes intolérantes
à l’aspirine et aggraver l’asthme. Soupçonné d’être cancérigène, il est
interdit dans plusieurs pays.
E 124 Rouge de cochenille A Colorant  
(Rouge)
Confiseries, glaces, conserves de fruits… Ce colorant   pourrait favoriser l’apparition du syndrome d’hyperactivité
chez les enfants. Il peut provoquer des allergies chez les personnes
intolérantes à l’aspirine et il serait cancérigène. Il est interdit dans
plusieurs gays.
E 127 Erythrosine Colorant  
(Rouge)
Bonbons, cerises confites, Cet additif peut engendrer des problèmes de thyroïde et d’allergie
(urticaire, asthme). On le soupçonne d’être cancérigène.
E 173 Aluminium Colorant  
(Métal)
Bonbons, dragées… L’aluminium est un neurotoxique suspecté d’être a l’origine de la maladie
d’Alzheimer. Mais il est assez rare comme additif. On le trouve aussi
dans l’eau potable, les canettes…
E 231 OrtoPhénylPhénol Conservateur   Agrumes (utilisée sur la peau pour empêcher les moisissures) Il est irritant par contact cutané.
E 310 Gallate de Propyle Antioxydant   Graisses, soupes, apéritifs… On le soupçonne d’être cancérigène, de provoquer des allergies
et des problèmes sanguins.
E 319 Buthyle HydroQuinone Tertiaire (BHT) Antioxydant   Huiles et matières grasses On le soupçonne d’être cancérigène.
E 320 Butyle Hydroxy Anisol (BHA) Antioxydant   Lait en poudre, purée en flocons,
produits de boulangerie…
Il pourrait être cancérigène, causer des allergies et augmenter le taux
de cholestérol. C’est un perturbateur endocrinien gui peut provoquer
des troubles du développement et de la reproduction.
E 385 Ethyle Diamine tétra Acétate Calcio Disodique (EDTA) Conserves, sauces… On le soupçonne d’être génotoxique (c’est-a-dire de pouvoir causer des
lésions dans l’ADN engendrant des mutations) et toxique pour les cellules.
Il pourrait perturber le métabolisme et engendrer des problèmes rénaux
et gastro-intestinaux.
E 520, E 521,E 522, E 523 Sulfate d’aluminium Affermissant  , stabilisant Saumures, légumes et fruits
confits ou cristallisés…
Comme l’aluminium, dont ils sont dérivés, ils sont suspectés de favoriser
l’apparition de la maladie d’Alzheimer.
E 559 Sulfate d’aluminium (Kaolin) Anti-Agglomérant Vin, sel de cuisine, fromage râpé, produits en poudre, charcuterie.. Peu d’effets connus, mais, comme il contient de l’aluminium, cela incite
A la méfiance.
E 951 Aspartame Edulcorant Aliments et boissons allégées, desserts… L’aspartame est soupçonné d’être cancérigène et à l’origine
d’accouchements prématurés. Des soupçons oui donnent lieu à une vive
polémique, d’autant que l’aspartame est très utilisé en alimentation
et dans les médicaments.
E 952 (I ?IV) Cyclamates Edulcorant Boissons et aliments allégés, confiseries, desserts… Ils peuvent être cancérigènes sous l’action de bactéries ou en association avec la saccharine (E954). Ils sont interdits dans plusieurs pays.