Skip to content

Accueil du site > 7- Manger sain > Les Dangers de L’alimentation > Les Métaux Lourds

Les Métaux Lourds

samedi 24 décembre 2011, par AMROUCHE

LES ACTIVITÉS HUMAINES ONT RENFORCE LA PRÉSENCE DE MÉTAUX LOURDS DANS L’ENVIRONNEMENT FAVORISANT LA CONTAMINATION ALIMENTAIRE. PEU PROBLÉMATIQUE DANS LA PLUPART DES CAS, ELLE L’EST CEPENDANT POUR CERTAINES POPULATIONS A RISQUES.

apportez votre contribution si vous voulez ;)

Les Métaux lourds

Quel est leur rôle ?

Avant d’Être des Éléments toxiques, ce sont des
Éléments présents naturellement sur terre.
Existant à l’état de traces dans le sol, leur présence est renforcée par les activités humaines.

Le cadmium revêt machines à laver et réfrigérateurs. Le plomb est présent dans les batteries et les canalisations. Le mercure sert a l’industrie
pharmaceutique. Dans l’étude de l’alimentation totale (EAT) réalisée en 2000-2001 par l’lnstitut national de la recherche agronomique (Inra) et par l’Afssa (actuelle Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), six éléments toxiques sont ciblés :

  • l’aluminium,
  • l’antimoine,
  • l’arsenic,
  • le cadmium,
  • le mercure et
  • le plomb.

Dans quels produits les trouve-t-on ?

L’aluminium se cache dans les légumes, le pain et les biscottes. L’antimoine, dans les viandes, les légumes, les pommes de terre, les fruits et les eaux.
L’arsenic, dans les poissons, mollusques et crustacés, ainsi que dans les fruits.
Pour le cadmium, les légumes et les pommes de terre sont
les vecteurs principaux.
Quant a l’exposition au mercure, elle se fait majoritairement via les produits de la pêche.
Dans le cas du plomb sont concernés le pain, les biscottes, les soupes, les légumes, les fruits, les boissons en général, les sucres et leurs dérivés.

Pour tous ces éléments,l’EAT formule la même conclusion : « La proportion d ’individus dont l’apport théorique dépasse la dose hebdomadaire tolérable provisoire est estimée à 0 % ». Restent les cas particuliers de certaines populations à risques, vivant par exemple
près d’usines rejetant ces éléments.

Quels risques font-ils courir ?

La toxicité de ces éléments dépend des quantités ingérées et elle se révèlent à long terme. Le plomb peut causer, chez les enfants, une diminution du développement physique et des performances intellectuelles, et, chez les adultes, des problèmes de tension artérielle et cardio-vasculaires.
Le méthyle de mercure peut perturber le développement cérébral des petits et causer des perturbations neurologiques chez l’adulte fortement
exposé. Le cadmium touche les reins.

Que dit la loi ?

Des valeurs toxicologiques de référence, établissant un lien entre exposition et effet sanitaire indésirable, sont fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour chaque élément. Des autorités nationales, telle la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), sont chargées de
contrôler que ces substances ne sont pas présentes dans l’alimentation au-delà de ces niveaux.